El Alegre Viajero

Actualizado: abr 20

" Ayün Nampëlkafe "


Por:

Elyzabeth Vargas y Araceli Espinoza

Basel, Suiza


[Español – Français à la fin]



Alex Ramos Durán es originario de Villaseca, en el Valle del Elqui y actualmente vive en el cantón de Vaud, Suiza. Contador auditor de profesión, especializado en Derecho Laboral, renunció a su trabajo el 2015 para irse a recorrer Latinoamérica en bicicleta, desde Chile a México. Este viaje duró 3 años, y significó para Alex el cierre de un ciclo que inició a los 14 años, “Al ser de pueblo y además “de población” nunca tuve los medios suficientes, pero de mochilero viajando a dedo, entre los 14 y 17 años, pude ver rincones de casi todo Chile y pude aprender más sobre las raíces de nuestros orígenes”, nos cuenta.




Descubrió su pasión por la pintura y el arte visual desde joven, sin embargo, no tuvo la oportunidad de formarse profesionalmente en esta área. Sus obras son el resultado de su propio talento y de la experiencia adquirida en forma individual y colectiva. “En la Universidad, estudié algo que no me gustaba y mis amistades eran principalmente de Diseño Gráfico, con quienes empecé a realizar muralismo, para poder seguir con mi lado artístico”, relata.


Durante su viaje por Latinoamérica se enfocó en conocer las culturas nativas de cada país y fueron estas, las que lo inspiraron en sus obras. En sus palabras relata: “En este viaje exploté mi lado artístico. Salí de Chile con $150.000 (CHF 195) y sabía que debía sobrevivir de alguna manera, con malabares, artesanías, muralismo, entre otras actividades. Hasta que, en abril del 2018 en Nicaragua, conocí un viajero que hacía pinturas a base de café. Coincidimos en el mismo hostal y me explicó cómo hacerlas. Una vez en Costa Rica, llegando sin dinero a un país bastante caro para mi presupuesto, ofrecí mis primeras pinturas de café a turistas que bajaban de un crucero, vendiéndolas entre $15 y $30 USD cada una. Luego comencé con el papel orgánico a base de cáscara de plátano y plantas, con el cual sigo hasta el día de hoy”.


Así comenzó su camino de artista viajero, desarrollando cada vez mejor esta técnica de usar el café como base y único color en sus obras, las que pinta con las manos, mondadientes, cucharas y pincel. Sobre el tema principal de sus obras, nos dice: “Tengo ascendencia Diaguita, por ello desde muy pequeño me ha interesado el tema indígena y por la nula educación histórica que tuve en escuelas públicas, siempre fui autodidacta.” Recientemente ha hecho una formación de dibujo botánico, para poder complementar cada creación. Además de esto, está en proceso de conseguir su permiso como tatuador en Suiza y sigue aprendiendo sobre Xilografía.


El trabajo de Alex está también inspirado por un sentimiento de lucha social. Tal como nos cuenta: “Crecí en el Valle de Elqui, viendo como ha sido saqueado y observando impotente los cultivos y animales morir, producto de la sequía que nos golpeaba ya en los años 90. Nadie sabía de la lucha de los pobladores, gracias a que la prensa siempre ha sido manipulada y no existía información masiva por internet ni redes sociales en esos años, además del desinterés por los problemas de las regiones "Santiago es Chile", para muchas personas”.




El hecho que sus antepasados indígenas fueran asesinados y exterminados, además de oír el sufrimiento vivido por su familia en tiempos de dictadura, le llevó a crecer desconfiando de la policía, los militares y los partidos políticos.

Participó activamente en la “revolución pingüina” del 2006, pintando murales, lienzos, saliendo en las noches a pegar papelógrafos, tomándose el liceo, etc. “Inconscientemente mi lado artístico se desarrollaba política y socialmente, impulsado por la rabia y la injusticia”, nos cuenta.



Señala que las demandas sociales de los últimos años lo han alegrado: “Ver que la gente despertó y está exigiendo un país más justo, el país que dejé el 2016 para ver con mis propios ojos que no fue, ni es, el mejor país de Latinoamérica, como nos lo han vendido siempre.”


El estallido social chileno es para Alex una motivación para seguir manteniendo viva la memoria de nuestras raíces y apoyando siempre la lucha social de las diferentes culturas que habitan Chile, desde donde se encuentre, ya que ella “no reconoce frontera alguna”, comenta.


Les invitamos a seguir disfrutando del trabajo de Alex, un artista comprometido con los pueblos originarios de Latinoamérica, quién encontró en el café una manera de compartir su talento y su lucha.



A continuación la información para que puedan conocer el trabajo de Alex y compartirlo con sus contactos y amistades.


Redes sociales:

Instagram Ayün Nampëlkafe


Contacto:

alex.ramosduran@gmail.com

+41 76 244 96 64



¡Ayúdanos a seguir difundiendo el arte y la cultura!

¡Comparte el trabajo de las y los artivistas chilen@s!



Le Joyeux Voyageur


" Ayün Nampëlkafe "


Par:

Elyzabeth Vargas et Araceli Espinoza

Basel, Suisse




Alex Ramos Durán est originaire de Villaseca, dans le Valle de Elqui et vit actuellement dans le canton de Vaud, en Suisse. Auditeur comptable de profession, spécialisé en droit du travail, il a quitté son emploi en 2015 pour parcourir l'Amérique latine à vélo, du Chili au Mexique. Ce voyage a duré 3 ans, et signifiait pour Alex la fin d'un cycle qui a commencé à 14 ans. «Ayant toujours vécu dans un village ou en banlieue, je n'ai jamais eu assez de moyens financiers, mais en tant que routard en auto-stop, entre 14 et 17 ans, j'ai pu voir des coins de presque tout le Chili et j'ai pu en apprendre davantage sur les racines de nos origines », nous raconte-t-il.




Il a découvert sa passion pour la peinture et les arts visuels dès son plus jeune âge, cependant, il n'a pas eu l'opportunité de se former professionnellement dans ce domaine. Ses œuvres sont le fruit de son propre talent et de l’expérience acquise individuellement et collectivement. «A l'université, j'ai étudié quelque chose que je n'aimais pas et mes amitiés étaient principalement de designers graphistes, avec qui j'ai commencé à faire des peintures murales, afin de continuer avec mon côté artistique », explique-t-il.


Au cours de son voyage à travers l'Amérique latine, il s'est concentré sur la connaissance des cultures autochtones de chaque pays et ce sont elles qui l'ont inspiré dans ses œuvres. Dans ses mots il raconte : «Lors de ce voyage, j'ai exploité mon côté artistique. J'ai quitté le Chili avec $150.000 (CHF 195) et je savais que je devais survivre d'une manière ou d'une autre, avec du jonglage, de l’artisanat, du muralisme, entre d’autres activités. Jusqu'en avril 2018 au Nicaragua, où j’ai rencontré un voyageur qui réalisait des peintures à base de café. Nous étions dans la même auberge et il m'a expliqué comment les faire. Une fois au Costa Rica, en arrivant sans argent dans un pays assez cher pour mon budget, j'ai offert mes premières peintures de café à des touristes venant d'un bateau de croisière, en les vendant entre $15 et $30 USD chacune. Puis j'ai commencé avec le papier organique à base de peau de banane et de plantes, avec lequel je travaille encore aujourd'hui ».


C'est ainsi qu'a commencé son parcours d'artiste voyageur, développant de mieux en mieux cette technique d'utilisation du café comme base et seule couleur dans ses œuvres, qu'il peint avec les mains, cure-dents, cuillères et pinceau. Sur le thème principal de ses œuvres, il nous dit : «J'ai une ascendance Diaguita, c’est pour cela que depuis très jeune, je me suis intéressé au thème indigène et à cause de l'éducation historique nulle que j'avais dans les écoles publiques, j'ai toujours été autodidacte ». Il a récemment suivi une formation en dessin botanique, pour pouvoir compléter chaque création. En plus de cela, il est en train d'obtenir sa licence de tatoueur en Suisse et continue son apprentissage en xylographie.


Le travail d'Alex est également inspiré par un sentiment de lutte sociale. Comme il nous le dit : «J'ai grandi dans le Valle de Elqui, en voyant comme elle a été saccagée et en regardant sans défense les récoltes et les animaux mourir, suite à la sécheresse provoquée par le gouvernement, qui nous a déjà frappés dans les années 90. Personne n'était au courant de la lutte des habitants, en raison d’une presse toujours manipulée et de l’absence d’internet et donc d’accès à des informations massives, ces années-là. Tout cela, en plus du manque d'intérêt pour les problèmes régionaux, car pour beaucoup de personnes "Santiago est le Chili" ».



Le fait que ses ancêtres indigènes aient été tués et exterminés, et d'entendre les souffrances endurées par sa famille durant la période de dictature, l'ont amené à grandir en se méfiant de la police, des militaires et des partis politiques.

Il a participé activement à la "Révolution des Pingouins" de 2006, en peignant des peintures murales, des toiles, en sortant la nuit pour coller des affiches, en prenant l’emprise de lycée avec d’autres étudiants, etc. «Inconsciemment, mon côté artistique se développait politiquement et socialement, poussé par la colère et l’injustice », raconte-t-il.



Il souligne que les revendications sociales de ces dernières années l'ont rendu heureux : «Voir que les gens se réveillent et réclament un pays plus juste, le pays que j'ai quitté en 2016 pour voir de mes propres yeux que ce n'était et ce n'est pas, le meilleur pays de l'Amérique latine, comme ils (le gouvernement) nous l'ont toujours vendu ».


Pour Alex, le mouvement social chilien est une motivation pour maintenir vivant la mémoire de nos racines et pour soutenir la lutte sociale des différentes cultures qui peuplent le Chili, peu importe où il vit, puisqu'elles « ne reconnaissent aucune frontière », dit-il.


Nous vous invitons à profiter du travail d'Alex, un artiste engagé auprès des peuples indigènes d'Amérique latine, qui a trouvé dans le café un moyen de partager son talent et sa lutte.


Voici les informations pour que vous puissiez en savoir plus sur le travail d'Alex et le partager avec vos contacts et amis.


Redes sociales:

Instagram Ayün Nampëlkafe


Contact:

alex.ramosduran@gmail.com

+41 76 244 96 64



Aidez-nous à continuer à diffuser l'art et la culture !

Partagez le travail des artivistes chiliennes et chiliens !



Compártenos en Redes Sociales

Share us on Social Networks

Teilen Sie uns in sozialen Netzwerken

56 vistas0 comentarios

Entradas Recientes

Ver todo

Gaci Art

CALISMAN